22 octobre 2008

icare femme ailée

Posté par irisgwen à 19:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 octobre 2008

amertume

Posté par irisgwen à 19:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 octobre 2008

paisible geste du peintre

Posté par irisgwen à 19:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 octobre 2008

douceur

Posté par irisgwen à 19:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 octobre 2008

pensée sauvage

Posté par irisgwen à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2008

Sagaie

Posté par irisgwen à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2008

Funeste

Posté par irisgwen à 18:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 octobre 2008

passer-elle

  On dit qu'elle est fragile, que ses jours sont comptés. Tendue entre deux rives sauvageonnes où frissonnent au printemps le saule et l'aubépine, elle est si fluette qu'on hésite à la prendre au sérieux. Ses poutres vermoulues ne tiennent que par les rires et l'insouciance des adolescents qui la survolent en partant à l'assaut de tremplins bien plus périlleux. Vues d'ici, sa grâce juvénile et sa gracilité ont le charme... [Lire la suite]
Posté par irisgwen à 19:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 octobre 2008

pont des villes et pont des champs

Tu n'es qu'à une respiration du centre urbain, là où bat le cœur de la ville, où le cœur de la vie se débat. Côté ville tu joues les romantiques. On t'imagine en d'autres contrées, coiffé d'un couvercle, des amoureux enlacés sur ton plancher de bois. Côté campagne, tu révèles tes mirages: tes plaines agricoles sont trop civilisées; les sentes qui les traversent ne font rêver que les joggeurs et les chiens. Adossée au rocher de la rive, j'espère le reflet de la... [Lire la suite]
Posté par irisgwen à 19:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2008

âme de bois

  Je sens encore la trace de leur dos sur le mien et l'empreinte tiède de leurs cuisses sur mon flanc. Ils croient tenir caché leur secret, mais leurs sentiments transparaissent, ils crèvent les lattes. Ils s'éloignent maintenant… leur amour va se fondre parmi les anonymes. Leurs pas résonnent sur les pavés et leurs paroles encore chaudes vibrent dans mes fibres de bois. J'en ai tellement vu depuis qu'on m'a posé là, sous la marquise… Tant de sensations fugitives qui racontent l'instant... [Lire la suite]
Posté par irisgwen à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]